Quatrième Forum

GNRC 5th Forum 07

La Déclaration de Panama pour la Fin des Violences faites aux Enfants

Global Network of Religions for Children (GNRC)

Panama City, 9-11 mai 2017 

Afin de relever le défi de l'épidémie mondiale des violences faites à l’encontre des enfants, nous, dirigeants et membres des traditions religieuses et spirituelles du monde, filles et garçons, femmes et hommes, venant de 70 pays, conjointement avec les représentants de gouvernements, les Nations Unies, et organisations internationales, nous sommes rencontrés dans la ville de Panama City, au Panama pour le 5e Forum du Global Network of Religions for Children (GNRC - Réseau Mondial des Religions pour les Enfants), du 9 au 11 mai 2017.

Fort de 17 années de service du GNRC au profit des enfants du monde, nous affirmons la dignité fondamentale de chaque garçon et fille. Nous réaffirmons l'impératif moral de protéger les enfants de la souffrance, les préserver et les protéger au travers des enseignements de toutes les communautés religieuses et spirituelles du monde et de la Convention de Nations Unies sur les Droits de l'Enfant ainsi que ses protocoles optionnels. Nous croyons à la puissance de la coopération interconfessionnelle afin de transformer le monde.

Nous regrettons le fait que la moitié des enfants du monde soit victime de violence physique, psychologique ou sexuelle. Il est inacceptable que toutes les cinq minutes un enfant soit tué quelque part par un acte violent.

Tandis que nos religions se sont activement engagées dans le service aux enfants, nous regrettons également que chaque religion ait été, en son temps, utilisée improprement pour légitimer, justifier et même perpétuer la violence faite à l’encontre des enfants. Nous sommes responsables de ces lacunes et demandons pardon. Aujourd'hui, nous sommes solidaires pour rejeter et nous prononcer contre toutes les formes de violence faites à l’encontre des enfants, sous quelque forme que ce soit.

Les causes de violence à l’encontre des enfants sont complexes et variées. Elles comprennent des causes socio-économiques telles que la pauvreté et l'exclusion sociale, et beaucoup d'autres facteurs politiques, culturels et familiaux profondément enracinés. Mettre un terme à la violence faite aux enfants exige une collaboration extraordinaire et urgente entre les communautés religieuses et spirituelles, les agences des Nations Unies, les organisations internationales et multilatérales, les gouvernements, la société civile, le secteur privé, les médias et, surtout, les enfants. Nous honorons les contributions uniques faites par les enfants, ainsi que leur perspicacité sur le sujet, afin de mettre fin à la violence.

Les enfants prospèrent et grandissent dans la confiance des relations avec les gens qui les aiment et prennent soins d’eux. Idéalement et pour la plupart, cela se fait au sein des familles. Malheureusement, on ne peut pas nier que le domicile familial est le lieu où se produit également la plupart des abus. Les familles ont besoin de soutien pour grandir et devenir des sanctuaires pacifiques et sécuritaires.

Nous affirmons que les communautés religieuses et spirituelles transformées peuvent offrir des enseignements moraux et des pratiques modèles pour prévenir, guérir, réduire et finalement mettre fin à la violence faite à l’encontre des enfants.

Nous, les participants au 5e Forum GNRC, enfants et adultes, décidons à faire tout ce que nous pouvons pour mettre fin à la violence faite à l’encontre des enfants.

Nous nous engageons à :

  1. Écouter les enfants avec empathie et respect, accueillir leur sagesse et leurs dons et continuer à travailler côte à côte pour lutter contre la violence faite à leur encontre ;
  2. Veiller à ce que nos lieux religieux soient sûrs pour tous les enfants, et en particulier pour les victimes de violence et d'abus, ainsi que pour les enfants vulnérables comme ceux soufrant d’un handicape ;
  3. Accroître nos engagements personnels et institutionnels afin de prendre des mesures concrètes pour relever les défis exprimés par les enfants lors de ce forum ;
  4. Éduquer nos dirigeants et nos communautés sur les différentes formes de violence à l'égard des enfants et déployer des ressources pour la prévenir et s'y attaquer de l'intérieur mais aussi au-delà de nos communautés ; éduquer les enfants sur la sexualité et ce qu'ils peuvent faire pour se protéger ; s'employer à protéger les enfants contre les contenus médiatiques offensants et inciter les médias à prévenir la violence à l’encontre les enfants ;
  5. S'associer à des programmes mondiaux tels que End Violence et tirer le meilleur parti des outils existants pour s'attaquer aux causes profondes et aux pourvoyeurs de violence à l’encontre des enfants victimes de violence, en se concentrant plus particulièrement sur la lutte contre l'extrémisme violent, la violence des gangs, le préjudice causé aux enfants par le crime organisé, et l’exploitation et abus sexuels ;
  6. Renforcer les communautés locales en offrant une éducation aux valeurs parentales et éthiques positives pour aider les familles et les enfants à développer de l'empathie, à devenir plus résilients et à encourager la spiritualité ;
  7. Identifier et contester les structures et les pratiques patriarcales qui perpétuent la violence et l'exploitation sexuelle en particulier des filles ;
  8. Adopter des stratégies et des mécanismes convenus à l'échelle internationale pour lutter contre la violence à l'égard des enfants, y compris les Objectifs de Développement Durable 16.2 sur la fin des abus, de l'exploitation, du trafic et toutes les formes de violence et de la torture à l’encontre des enfants ; 5.2 et 5.3 sur la fin dela violence à l'égard des femmes et des filles ; et 8.7 sur la fin de l'exploitation économique des enfants ;
  9. Renforcer la coopération et les partenariats entre les initiatives d’Arigatou International, les communautés religieuses et spirituelles plus larges et les acteurs stratégiques aux niveaux local, national, régional et mondial ;
  10. Travailler à générer une plus grande volonté sociale et politique pour la législation, les politiques et un financement accru des programmes de protection des enfants contre la violence.

Dans tout cela, nous renforcerons nos mécanismes d'autoévaluation et de responsabilisation continues afin de nous assurer que nos communautés ne sont jamais complices de la perpétuation de violence à l’encontre des enfants, de la construction d'institutions sûres pour l'enfant et de la preuve de l'efficacité des approches confessionnelles pour mettre fin à la violence à l’encontre des enfants.

Enfin, nous remercions Arigatou International et ses partenaires de nous réunir pour le cinquième Forum GNRC. Nous partageons la conviction que nous sommes tous responsables envers chaque enfant dans le monde. Nous partons d'ici revigorés et inspirés par la vision d'un monde pacifique pour toutes les filles et tous les garçons.

Fait à Panama City, le 11 mai 2017