Dans l’actualité

Participation de la GNRC aux consultations sur le défi de l’extrémisme violent à Washington DC et New York

Les participants durant une prise photo
 
Le Secrétaire général de la GNRC, le Dr Mustafa Y. Ali a assisté à une série de réunions de consultations et de planification dans la lutte contre la radicalisation et l'extrémisme violent à Washington DC et à New York du 25 - 29th Septembre.
 
Organisée par l'Institut des États-Unis pour la paix (USIP) et le Réseau des pacificateurs religieux et traditionnels, les participants ont partagé les meilleures pratiques dans le domaine et ont formulé des recommandations sur la façon de mieux aborder le problème de la radicalisation et de l'extrémisme violent.
Certaines de ces recommandations sont; se servir d'autres approches, telles que la mobilisation des communautés, contrer le problème par le biais de récits alternatifs,  et la réduire substantiellement ​​les approches exclusivement militaires, et l’engagement des acteurs religieux dès le début, dans l'identification des problèmes et de leurs solutions.

Comprendre le rôle des pacificateurs religieux est clé, car comme ils peuvent utiliser une pédagogie approprie dans la lutte contre l'extrémisme violent par la promotion de la paix et de la Les participants au siège de l'ONU lors des consultations sur l'extrémisme violenttolérance en fournissant des programmes religieux, formels et informels, sur les interprétations correctes du dogme. Les participants ont aussi mis l’accent sur l’importance de la participation des petites organisations et de favoriser la collaboration entre la société civile et les groupes confessionnels au sein de différents pays. Ils ont également encouragé la participation d’acteurs religieux qui œuvrent dans des domaines semblables à visiter et à partager les meilleures pratiques et de faire preuve de solidarité avec ceux dans les zones de conflits.

Il a également été recommandé que les pacificateurs religieux soient pourvus des compétences et aptitudes nécessaires qui les aideraient à mettre en contexte les cadres pertinents sur le plan culturel et religieux. Parmi les défis identifies dans cette lutte, on note : les traumatismes sévères, l'engagement des médias (y compris les médias sociaux), la justice réparatrice, l'engagement de la société civile, la pensée critique, l'écoute active, le plaidoyer politique, la prévention des conflits, la consolidation de la paix, l'organisation de campagnes d'éducation du public. Il y avait un consensus sur le fait que tous ces défis nécessitent des approches d’engagement communautaire et social pour y faire face.
 
Le Dr. Mustafa Y. Ali a présenté les résultats des discussions au Département d'État et a d'autres responsables américains à Washington DC, ainsi qu'à New York au siège des Nations Unies.
 
Les réunions et les consultations citées ci-dessus, font partie du travail que le GNRC a engagé dans sa lutte contre le radicalisme et le renforcement de la résilience des communautés contre l'extrémisme violent.
 
Les chefs religieux lors des discussions sur l’extrémisme violent