Dans l’actualité

Le Sommet mondial sur la lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants en ligne

La Commission de l'Union africaine (CUA) a accueilli le Sommet mondial de lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants en ligne les 11 et 12 décembre 2019 à Addis-Abeba, en Éthiopie. Le sommet a été parrainé par le gouvernement britannique et l'Alliance Mondiale WeProtect. La CUA, une des huit organisations régionales membres, a été invitée à rejoindre le nouveau conseil d'administration de l'Alliance WeProtect pendant le sommet.

L'Alliance Interconfessionnelle pour des Communautés plus Sûres, représentée par le Major Dana Humaid Al Maarzouqi, Directeur Général du Bureau des Affaires Internationales du Ministère de l'intérieur des Émirats Arabes Unis, y a également participé. Dans ses remarques, le Major Dana a exhorté les gouvernements à donner la priorité à la protection des enfants en ligne afin d'empêcher sa propagation et ses effets sur les jeunes esprits.

Michelle DeLaune, du Centre National Américain pour les Enfants Disparus et Exploités, et l'Honorable Peter Dutton, Ministre des Affaires Familiales, Australie, ont prononcé les discours principaux, soulignant tous deux l'urgence de la question et ont demandé à toutes les parties concernées, en particulier les gouvernements qui ont la responsabilité de protéger leurs citoyens, d'agir. L'honorable Dutton s'est demandé " comment nous pouvons accepter l'argument selon lequel la vie privée des criminels est plus importante que la sécurité des enfants ".

Deux survivants de l'exploitation sexuelle d'enfants ont raconté leur expérience douloureuse entre les mains d'agresseurs sexuels qui sont allés partager leurs photos en ligne, les tourmentant pendant longtemps. Elles ne représentaient que quelques-unes des victimes qui ont eu la chance d'obtenir du soutien.

Le Kenya a été l'un des pays qui ont eu l'occasion de partager leurs progrès en matière de protection des enfants en ligne, notamment les divers instruments juridiques, les plans d'action, la sensibilisation, la collaboration et les procédures de signalement. Les délégués kenyans ont également fait part de la récente " Exposition Spéciale Sur l'Élimination de l'Abus et de l'Exploitation Sexuels des Enfants ", à Nairobi, qui avait pour but de sensibiliser et d'appeler à l'action pour mettre fin à ce fléau.

Les représentants de Facebook et de Microsoft ont parlé des technologies qu'ils ont mises en place pour protéger les enfants en ligne, notamment la technologie Photo DNA qui détecte les images d'abus sexuels. Selon Facebook, des millions d'images auraient été détectées et supprimées en 2018 seulement, dont 99 % ont été supprimées sans qu'aucun rapport ne soit fait. La préoccupation des participants était la " privatisation " de la protection des enfants au lieu d'être une question de bonne volonté. Les participants ont discuté des défis juridiques liés à la poursuite des contrevenants en vertu des lois sur la protection de la vie privée. En fin de compte, les participants ont demandé instamment un équilibre entre le droit à la liberté d'expression et à la vie privée, d'une part, et le droit à la protection, d'autre part.

En dépit des sombres conclusions de la recherche sur la faible réaction des gouvernements africains face à l'Exploitation Sexuelle des Enfants en Ligne (OCSE), présentées par le Dr Antoinette Basson d'Afrique du Sud, Son Excellence Amira Elfadil Mohammed Elfadil, Commissaire aux Affaires Sociales, la CUA a assuré l'auditoire de son engagement à rallier tous les gouvernements africains pour qu'ils donnent la priorité à la prévention de l'OCSE. Le Communiqué du Sommet qu'elle a lu a rendu compte de cet engagement. La forte représentation des gouvernements africains au sommet (48 sur 55), était peut-être un indicateur fort qu'il y aura une meilleure réponse à la question à l'avenir.

La Coordinatrice du Réseau et des Programmes du GNRC, Dr Dorcas Kiplagat, a participé au sommet au nom d'Arigatou International - Nairobi. Lors du sommet, l'Évaluation de la Menace Mondiale 2019 a été lancée par Steve Grocki, Chef de la Section de l'Exploitation des Enfants et de l'Obscénité, Département de la Justice des États-Unis.